Un espace fragile à protéger

Les Alpes, une région sous pression

Les Alpes comptent environ 14 millions d’habitants sur environ 190 000 km², mais la densité de population varie énormément suivant les régions, et notamment entre les fonds de vallées très urbanisés et les zones rurales plus isolées ou situées plus en altitude.

L’Arc alpin est soumis à de fortes pressions constituées par les nuisances liées aux transports, notamment le transit routier, l’urbanisation croissante, le mitage du paysage, la déprise agricole et un certain exode rural, l’industrie des sports d’hiver, le tourisme de masse, l’intensification de l’agriculture en fond de vallée et la désertification en montagne, l’érosion de la biodiversité et bien entendu le changement climatique.

De nouveaux enjeux

Ces pressions exercées sur l’espace alpin atteignent bien entendu également les espaces protégés, et tout particulièrement les impacts du changement climatique.
Ainsi, de nouveaux enjeux ont vu le jour : développement d’une mobilité douce dans les espaces protégés mais aussi pour y accéder, mise en place d’un réseau écologique transalpin, soutien à la construction ou rénovation écologique des bâtiments, relocalisation de l’économie, notamment pour les services et les productions agricoles, soutien à une agriculture de qualité respectueuse de l’environnement, gestion des ressources en eau, lutte contre le changement climatique

Le rôle des espaces protégés dans les Alpes

 Les espaces protégés sont des territoires de référence et d’expérimentation. Ils ont la possibilité d’être de véritables laboratoires afin d’imaginer un mode de vie plus durable pour les régions rurales de montagne.

Ainsi, l’expérimentation, l’innovation, puis l’échange à une échelle internationale des bonnes pratiques et expériences entre espaces protégés est primordiale.